Rétrospective : 2020 en 12 albums

Rétrospective - La Platine Intitulée - 23/12/2020

L'année 2020 de La Platine Intitulée

Nous sommes en décembre 2019 : la vie est belle, je ressors d’un concert. It It Anita m’a mis une claque et je songe à choper leur vinyle. Comme tous, j’avance béatement vers une nouvelle année que j’imagine déjà merveilleuse : je commence à gagner ma vie, je peux m’acheter des CD et voir mes groupes préférés en concert. Je commence déjà à griffonner des dates, des albums à ne pas rater et les passages de mes artistes favoris en ville… Le.a Covid a évidemment chamboulé quelques-uns de mes plans.
Je ne vais pas vous faire une tirade quant à la tristesse de la situation que nous traversons, je suppose que vous êtes déjà au courant des grandes lignes ! Je vous invite simplement à penser à tous ces artistes si précieux à notre quotidien que l’épidémie laisse plus que jamais fragiles: acheter leurs albums, leur vinyle en trois coloris et leur merch moche, si nous ne sommes pas là pour eux maintenant, pas sûr qu’ils seront là pour nous plus tard.

Et même si l’année laisse un goût morose, je me donne aujourd’hui pour mission de vous rappeler les bons moments ! Embarquons pour une rétrospective, mois après mois, des albums ayant marqué ces douze dernières trentaines !


Janvier: L'Au-Delà - Double Date With Death

L'Au-Delà

J’ai commencé mon année 2020 avec les Québécois de Double Date With Death ! Leur dernier album, L’Au-Delà, importé chez nous par Howlin’ Banana Records (Cathédrale, Baston..) est une merveilleuse pilule anti-dépressive (je ne savais pas encore que j’allais en avoir besoin). Le garage, le psyché et la pop s’allient en un mélange dansant et terriblement lo-fi, sur lequel se baladent des paroles innocentes et parfois un brin surréalistes. Et comme c’est assez rare pour le signaler : on soulignera que les lyrics sont 100% francophones !
Bien qu’un tantinet court (21 minutes), L’Au-Delà et sa pêche contagieuse me laissait espérer une année toute pleine de festivités…

Ce mois-ci également:

  • Sing in a World That's Falling Apart - Black Lips
  • The Archer - Alexandra Savior
  • Hurry Up and Wait - Dune Rats

Février: Ummon - Slift

Ummon par Slift

On décolle ! C’est Ummon qui lance mon année musicale : riff géant dès le morceau d’ouverture, flâneries entre les astéroïdes, poursuite des pulsars et final immense au pays des titans, les toulousains de Slift m’ont embarqué avec eux dans un trip krautrock, stoner, garage et psyché qui ne m’a toujours pas autorisé à reposer un pied sur Terre. Le magnifique dessin de Caza en tête, il est dur de ne pas écouter le disque d’une traite.
Plus personnel, plus long, plus ambitieux que leurs deux précédents opus, Ummon s’est imposé comme le petit chef d'œuvre du groupe et lui a permis de gagner un public très large (sans oublier le formidable coup de pouce de KEXP et des Trans) : bien joué les gars !
À voir en concert.

Bonus !

Ce mois-ci également:

  • Man Alive ! - King Krule
  • UNLOCKED - Denzel Curry et Kenny Beats
  • color theory - Soccer Mommy
  • Brave Faces Everyone - Spanish Love Songs

Mars: High Risk Behaviour - The Chats

Hgh Risk Behaviour par The Chats

J’ai eu la chance de voir les Chats à l’Ubu (et même Crocodylus en première partie !), et que dire du plaisir que l’on ressent à voir 3 gars de son âge jouer des chansons que toi et tes potes auraient tout à fait pu composer dans ton garage la veille. Une setlist interminable, une salle totalement acquise à la cause du groupe et des morceaux toujours plus stupides (I'm the best person in the world, Everybody else looks like a pedo) : le cocktail n’aurait pas pu être mieux dosé.
Quatre mois plus tard, et avec High Risk Behaviour, les Chats confirment qu’ils ne sont pas qu’un one-shot, qu’un feu de paille toujours chaud des braises de Smoko. Solide des acquis de leurs deux premiers EPs et insolemment auréolé d’un parcours sans faute, le groupe accouche d’un album punk jouissif, certainement pas prétentieux et qui fait plus que jamais regretté une épidémie nous privant de pogos débiles.

Ce mois-ci également:

  • Hunted - Anna Calvi
  • Collector - Disq

Avril: Bug On Yonkers - Damaged Bug

Bug On Yonkers - Damaged Bug

Ce mois d'avril a été superbe ! Les Strokes ont signé un retour parfait, DMA’S a sorti un album à la hauteur des qualités de leur premier disque et Modulator II nous a pondu un bon premier jet bien accrocheur. Mais au milieu de toutes ces bonnes choses, difficile pour moi de ne pas retenir le dernier Damaged Bug ! John Dwyer (ici en solo) rend hommage à Michael Yonkers, pionnier du noise, en composant son album uniquement à partir de reprises de ce dernier.
Au programme : electro, neo-jazz, batterie rayonnante et refrains entêtants. Et comme toujours avec le leader des OSEES : le résultat est grisant, dansant et superbement produit. Une nouvelle belle addition au catalogue déjà très riche du label à la tête de château.

Ce mois-ci également:

  • The New Abnormal - The Strokes
  • The Glow - DMA'S
  • Slivered Hearse - Modulator II
  • Everything Is A-OK - Violent Soho

Mai: NO DREAM - Jeff Rosenstock

NO DREAM - Jeff Rosenstock

Le punk-rock de Jeff Rosenstock a illuminé mon mois de mai ! Comme un avant-goût d’un drôle d’été, NO DREAM est un album jonglant entre optimisme débridé et cruels rappels de la réalité. 4 ans après le remarqué WORRY, l’américain revient avec un disque féroce, enivrant, rapide.
Toujours aussi mélodiques, toujours autant entêtantes, les chansons de Jeff Rosenstock donnent envie de s’envoyer balader après un détour obligé au bar. NO DREAM est un album fait pour tapper du pied en bande et en cercle, fait pour se prendre dans les bras, fait pour être crier à la gueule de ton pote… vivement que tout cela soit de nouveau possible !

Ce mois-ci également:

  • Making a Door Less Open - Car Seat Headrest

Juin: Garage is Dead - Clavicule

Garage is Dead - Clavicule

Du surf, des power chords, un brin de révolte et pas mal de sueur, Garage is Dead lance en toute désinvolture un été enfin déconfiné. L’ambiance oscille entre lourdeur féroce et esprit tarantinesque, et nous embarque pour un sacré trip en forme de bande originale dans les pas du pecnot moyen : qui en a marre des faux-culs, des gueules des bois et qui craint une fin du monde imminente.
Les Rennais et leur garage qui pue l’iode ont donc marqué des points !


Le tout récent nouveau clip de Jericho, extrait de Garage is Dead

Ce mois-ci également:

  • Punisher - Phoebe Bridgers
  • Deep Down Happy - Sports Team
  • Welcome to Bobby's Motel - Pottery

Juillet: A Hero's Death - Fontaines DC

A Hero's Death - Fontaines DC

Après un premier album aussi efficace que convenu, les Fontaines DC ont béni notre été de leur nouveau recueil à mélancolie. Plus doux, plus personnel et sans doute plus mature, le nouvel album des irlandais est une chouette confirmation de tout le talent de la bande, un talent qui avait tendance à sommeiller derrière des hymnes certes percutants mais pas franchement originaux.
A Hero’s Death s’est dégusté en fin d'apéro, en route vers la plage et sur le retour des vacances.. Oh Such A Spring !


Ce mois-ci également:

  • Side A (EP) - Twin Peaks

Août: Play With Fire - L.A. Witch

Play With Fire - L.A. Witch

Une production magnifique : la reverb sur la guitare est géniale, la basse est monstrueusement pesante et le mix octroie à la batterie une place de choix en plus de la chouchouter d’un peu d'écho : la rendant assommante, ronde et chaleureuse. Les riffs sont affûtés (sans pour autant être particulièrement novateurs) et le chant (féminin!) hérite d’une aussi grande attention lors du mix que les instruments cités précédemment.
Play With Fire s’écoute sur la route des vacances, dans une vieille caisse surchargée de valises et que le manque de climatisation rend étouffante. On sort alors un bras par la fenêtre grande ouverte et on pose sa main sur le toit brûlant du carrosse branlant.



Septembre: Ultra Mono - Idles

 Ultra Mono - Idles

Pour moi, écouter du Idles revient à m'asseoir face à ce mec à la barbe hirsute et à l'haleine immonde, et l’écouter me crier que m’voyez la guerre c’est mal à moins de trois centimètres de mon visage… je crois que c’est précisément pour cela que j’aime ce groupe.
Plus punk et avec moins de détour, Ultra Mono tranche avec les manières de Joy (en étant mille fois plus brut) et impose le groupe comme la référence punk britannique. Et pour remettre les pieds en salle de classe, rien de mieux qu’un Joe Talbot débridé dans les oreilles !

Ce mois-ci également:

  • VELVET SKINNER - Dopey's Robe
  • Protean Threat - OSEES

Octobre: Fuzz III - Fuzz

Fuzz III - Fuzz

Octobre fut riche ! À La Ô Terre de Population II (chroniquée ici), This Place Sucks Ass de Pup, un Metamorphosed bonus des OSEES et bientôt le 3eme volet de Fuzz, j’ai eu de quoi faire ! Et c’est finalement l’album du trio californien que je retiens.
Pourtant loin d’être mon favoris du groupe, tant je regrette des morceaux moins lourds et moins riches dans leurs ambiances que ceux des précédents albums, ce Fuzz III rassure cependant dans la constante maîtrise du jeu de ses guitares (on remerciera un Charles Moothart impérial) et dans le tonus euphorique s’échappant de chaque coup de baguette de Ty Segall.
On aurait cependant apprécié plus de morceaux dans la veine de Returning, qui caractérise selon moi l’identité du groupe.


Ce mois-ci également:


Novembre: Nowhere Land - KARKARA

owhere Land - KARKARA

Trio originaire de Toulouse (décidément) et se vantant d’un style de jeu oriental, psyché et fuzzy, KARKARA a sorti ce 13 novembre 2020 ‘Nowhere Land’, leur dernier album. Deuxième en date, et précédé par un ‘Crystal Gazer’ qu’il me tarde de découvrir, ce disque, bien que privé de la promotion qu’auraient pu lui offrir les salles de spectacle, se dresse comme une nouvelle preuve formelle de la productivité flamboyante de nos terres de basse-Manche !

Retrouvez la review complète de La Platine Intitulée ici (nouvelle fenêtre)

Ce mois-ci également:

  • K.G. - King Gizzard & The Lizard Wizard
  • Homesick - Amablanc

Décembre: On se met la Playlist de 2020 !


La Platine Intitulée vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année !

Default Title

photo auteur mael

Mael

Étudiant en webdesign, guitariste modeste et passionné par une musique dont il cherche encore à comprendre les codes les plus simples, Mael est le fondateur de La Platine Intitulée. Périodiquement, il y partage ses avis et ses découvertes. Et à défaut d’intéresser grand monde, il s’amuse comme un petit fou. Instagram


Partager ce contenu

New Page Title