'ZUU' par Denzel Curry

C'est si facile d'accoucher d'un classique ?

Par Mael

le 08/06/2019

Dans Albums

image du groupe
pochette de l'album

Clique sur l'image pour écouter l'album sur Deezer!

logo facebook

Partagez sur facebook

logo twitter

Partagez sur Twitter

Moins d’un an après le très acclamé ‘TA1300’, Denzel Curry revient à la charge avec son tout nouveau projet: ‘ZUU’. Aussi court que percutant, ce dernier risque fort de connaître le même accueil que son prédécesseur…

Un violent panorama

12 pistes, toutes de majuscules vêtues, voilà ce qui compose les 29 minutes de ‘ZUU’. Introduit par un titre éponyme à la rage ténue bien que trop brève, l’album est une succession de vivacité rarement en retenue. De ZUU à P.A.T, Denzel Curry nous entraîne dans sa roue pour une visite étroite de son quotidien (ou de ce qu’il était) à Miami.
“Come take a look at my city and its culture”, comme le clame t-il dans BIRDZ.


“I grew up in a city where most people have no goals/Just cold-blooded niggas in a place that never snow.”


Denzel Curry sur P.A.T

Habitué à l’alternance entre gros projets et production plus légère, le rappeur propose à travers ‘ZUU’ un panorama complet de ses habiletés: productions variant du sobre à la démonstration (on remarquera donc le gratifiant travail de Finatik N Zac à la production), un rapper agressif ou encore un fil directeur bien conduit avec l’usage d'interludes (on appréciera l’humour pas si décalé de YOO) .
‘ZUU’ est donc à l’image de ce que souhaitait créer son concepteur: une tornade bouillante ayant pour seul objectif de bousculer les feuilles laissées indemnes par son précédent opus. Ressassant son parcours de Carol City ( quartier où Denzel Curry passa son enfance) jusqu’au plus grandes salles d’Amérique, tout est prétexte à explosivité. SPEEDBOAT dresse ainsi le portrait d’un jeune artiste soudain touché par le succès tandis que ZUU (la chanson) rend hommage aux racines de la star qu’il est aujourd'hui. SHAKE 88 reste peut-être la seule antithèse du point précédemment cité, bien moins introspective et plus égotrip que la moyenne, elle prend cadre dans un strip-club où l’émotion ambiante est plus à la débauche.

>> Lire aussi: 'Nothing Great About Britain' par slowthai par Mael

photo de slowthai

Que faut-il retirer de 'ZUU' ?

Conformément à l’album, cette review restera brève, retenez seulement que ‘ZUU’ s’impose comme le terrain de jeu de Denzel Curry. En terrain conquis, ce dernier invite l’auditeur à s'imprégner des codes de sa ville, de ses plages certes, mais surtout de ses quartiers. Autant populaire que violent, cet album est donc une méchante respiration avant un hypothétique projet plus profond de l’artiste. Flingues, drogues, la recette est peut-être classique mais l’immersion est réelle. La mort est les hommages ne sont donc pas omis (il sera notamment question de XXXtentacion à de mutliples reprises), tout comme les joies d’une vie cruelle au soleil.
Certainement plus efficace qu’utile, ‘ZUU’ est donc une parenthèse appréciable, aux sonorités d’été bienvenues, cependant, je doute que le projet résistera au poids des années… on verra bien !

Points négatifs

Interludes mal dosées (uniquement en seconde moitié d'album)

S'apparente plus à un EP qu'à un album

7.3

'Nothing Great About Britain' par slowthai (review)

#REVIEW

Ayant initialement prévu sa sortie pour corréler avec la déclaration officielle du retrait britannique de l’Union Européenne, slowthai avança très vite la sortie de Nothing Great About Britain pour répondre à une forte demande et à des toujours plus lentes négociations entre le gouvernement anglais et les institutions européennes.

Comment les Pixies ont influence toute une generation de musiciens ?

#ARTICLE

Voilà 30 années que ‘Doolittle’, album de la quintessence des Pixies, est paru au grand jour. Héritage de son époque, tourbillon d’influences punks, il est de ces albums qui ont totalement chamboulé le cours de l’histoire sans pour autant en intégrer pleinement ses grandes lignes.