'Why Me? Why Not' par Liam Gallagher

On en oublierait Oasis?

Par Mael

le 30/09/2019

Dans Albums

image du groupe
pochette de l'album

Clique sur l'image pour écouter l'album sur Deezer!

logo facebook

Partagez sur facebook

logo twitter

Partagez sur Twitter

La pathétique relation de Liam avec son frère n’est plus à présenter. Chez les deux frangins, l’ambiance est loin d’être à la camaraderie. De fait, les deux piliers du regretté Oasis se tirent la gueule, et cela depuis des années déjà. Nous n’allons pas revenir sur tous les antécédents affectifs des deux bonhommes, sous peine de produire une entrée en matière bien trop longue. Retenons seulement que Noël, fatigué des frasques de son frère souhaite bel et bien tourner la page Oasis, tandis que Liam est de plus en plus rongé par la nostalgie relative au plus grand groupe britannique de la décennie 90.
C’est donc dans ce contexte que sort ‘Why me? Why not’, le second album solo de Liam Gallagher.

Lennon, Lennon et toujours Lennon

Liam Gallagher n’a jamais caché son admiration pour John Lennon, pourquoi cela devrait-il changer aujourd’hui? Misunderstood ou Alright Now, entre autres, sont des exemples parfaits appuyant la comparaison. Assez mélodiques et sensibles dans les chants et les arrangements, bien de ces chansons pourraient se retrouver sur un disque des Beatles… à vous de voir si ça vous dérange. Dans tous les cas, la couleur est donnée dès le titre: ‘Why me? Why not’ fait directement référence à une oeuvre d’art du chanteur des Beatles et de sa compagne, Yoko Ono… on a connu subtile.


Un retour aux fondements de la Britpop

Ce qui frappe lors de la première écoute, c’est bien ces sonorités très british, très années 90. Des violons de The Verve jusqu’à ces guitares saturées plus mancuniennes qu’autres choses, l’auditeur ne sera pas pris court. L’album a donc été pensé comme un retour aux sources, aussi artificiel soit-il.


D’autre part, on appréciera la sensation de maîtrise folle, qui faisait un peu défaut au premier album solo de Liam Gallagher. Les moments énergiques sont très rigoureusement abordés (peut-être même un peu trop pour un disque se voulant rock’n’roll) et très peu de temps mort sont à relever au sein des chansons. L’excellente Be Still ne manquera pas d’apporter ce peps accrocheur qui manquait tant à la discographie de Liam Gallagher. Cependant, on regrettera des élans un peu trop calculés, comme l’inefficace Halo ou encore Shockwave, qui laisse malheureusement de marbre. Caractéristique d’un album sur-produit, une barrière semble parfois se créer entre l’auditeur et la senséritié qu’essaye d’exprimer l’artiste...dommage.


>> Lire aussi: 'Enema Of The State' par Blink 182 par Mael

photo de Liam Gallagher

La balade à son sommet

Des balades aussi qualitatives que celles de ‘Why Me? Why Not.’ ne sont plus très courantes. Dans la pure tradition anglaise, les violons sont rois, les harmonies vocales tout autant et les rythmiques se diversifient pour laisser place à quelque chose de très stonien dans l’âme, on adhère. One of Us en est un exemple concret, avec en bonus de belles références à la tumultueuse relation qu’il entretient avec frère: c’est écrit pour les fans et ceux-ci l’ont bien compris.


Act like you don't remember
Fais comme si tu ne te rapellais pas
You said we'd live forever
Que tu as dit qu'on vivrait pour toujours
Who do you think you're kiddin'?
Qui tu crois berner ?
You were only one of us
Tu es juste l'un des notres


Liam Gallagher sur One of Us

>> Lire aussi: 'Nothing Great About Britain' par Slowthai par Mael

Bien qu’il soit dur d’évaluer le degré d’implication de Liam dans le processus de composition, l’illusion marche: on a réellement l’impression d’entendre les sentiments du démago frontman d’Oasis. Et de toutes ces balades, on retiendra particulièrement Once, qui rappelle beaucoup D’You wanna Be A Spaceman ou encore l’intégralité du répertoire de The Verve dans ses attentions. Brillante dans ses arrangements (merci Greg Kurstin dira-t-on) et touchante dans son apparente mélancolie. Elle est peut-être la chanson la plus efficace de l’album.

Résumons

Une chose reste certaine: Liam Gallagher sait s’entourer pour produire des disques efficaces et, soyons honnête, un poil racoleurs. On ne crachera cependant pas dans la soupe, ‘Why Me? Why Not.’ est un très bon disque de rock qui aura vite fait d’effacer les tristes années Beady Eye. Assez diversifié pour ne pas être ennuyant, à l’image de Gone, composition assez atypique qui rappelle beaucoup le travail de frère Noël ou encore de Gainsbourg, l’album est pour moi une belle petite réussite et le chapitre deux d’un retour en force que Liam semble déguster chaque journée.


Points négatifs

Peut-être sur-produit

Deux trois chansons en dessous

7.2

'ZUU' par Denzel Curry (review)

#REVIEW

12 pistes, toutes de majuscules vêtues, voilà ce qui compose les 29 minutes de ‘ZUU’. Introduit par un titre éponyme à la rage ténue bien que trop brève, l’album est une succession de vivacité rarement en retenue. De ZUU à P.A.T, Denzel Curry nous entraîne dans sa roue pour une visite étroite de son quotidien (ou de ce qu’il était) à Miami.

Comment les Pixies ont influence toute une generation de musiciens ?

#ARTICLE

Voilà 30 années que ‘Doolittle’, album de la quintessence des Pixies, est paru au grand jour. Héritage de son époque, tourbillon d’influences punks, il est de ces albums qui ont totalement chamboulé le cours de l’histoire sans pour autant en intégrer pleinement ses grandes lignes.