'Nothing Great About Britain' par slowthai

Premier album majeur d'une scène rap britannique en ébullition

Par Mael

le 22/05/2019

Dans Albums

image du groupe
pochette de l'album

Clique sur l'image pour écouter l'album sur Deezer!

logo facebook

Partagez sur facebook

logo twitter

Partagez sur Twitter

Qu’on souhaite l’assumer ou non, le Brexit n’aura peut-être pas eu que de négatives conséquences. Bien qu’accompagnée d’une flopée de contradictions, d’inquiétudes et de promesses en l’air, la réforme aura tout de même eu la qualité de réveiller une scène artistique britannique alors bien endormie, sur le plan politique, depuis les derniers mandats de Thatcher. Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder le sujet, notamment en traitant du dernier album de Shame ou même celui d’Idles. Il semble en effet que, plus que jamais, la musique contestataire ait retrouvée sa place en Grande Bretagne, remettant ainsi punks et indépendants particulièrement en valeur. Cependant, le rock n’ayant plus le monopole qu’il occupait autrefois, il semblerait absurde de limiter ce nouvel engouement au genre. En effet, en Angleterre comme en France, le rap reste le mode d’expression le plus populaire chez les jeunes, tous milieux sociaux confondus, et le genre se place maintenant aux côtés de ceux précédemment cités quand il s’agit de contredire telle ou telle vision politique. Tout cela pour vous dire qu’aujourd’hui nous traiterons du premier album de slowthai, britannique et nouveau chouchou des médias dissidents.

Concretement, c'est quoi?

Ayant initialement prévu sa sortie pour corréler avec la déclaration officielle du retrait britannique de l’Union Européenne, slowthai avança très vite la sortie de Nothing Great About Britain pour répondre à une forte demande et à des toujours plus lentes négociations entre le gouvernement anglais et les institutions européennes. Bien que se dessinant comme indiscipliné et “pas du genre relax”, le rappeur de Northampton livre finalement un album particulièrement rigoureux dans sa forme, structuré sur son fond et plaisant de tout son long. L’album est certes un bouillon d’influences, naviguant tantôt entre sonorités électros et riffs plus punk, mais force est de constater que la cohérence est assurée de son début jusqu’à sa fin. Pas d’écarts maladroits donc, mais un disque rythmé par une solide session rythmique et des instrumentales toujours riches en initiatives. Cependant, conformément aux codes du genre et très certainement aux ambitions de l’artiste, le coeur de Nothing Great About Britain ne réside peut-être pas dans ses apparats mais plutôt, et vous en conviendrez facilement par la suite, dans son fond.


« Je dois travailler 10 000 heures pour atteindre mon objectif, sinon je ne progresserais jamais et je deviendrais suffisant. Je déteste ce sentiment de complaisance. J’ai l’impression que c’est ennuyant quand tu atteins ce point où tu te dis ‘ça y est, je suis heureux’. Je veux continuer à progresser. »


slowthai pour yard.media

Comme évoqué plus haut, cet album respire les hymnes anti-Brexit, les discours contestant des politiques sociales répressives et les différentes tensions naissantes entre les différentes communautés anglaise. De sa pochette jusqu'à son titre, Nothing Great About Britain ne joue pas sur les allusions mais plutôt sur des rafales de reproches acerbes envers une politique plus que jamais inégalitaire. Le morceau éponyme de l’album énumère quelque peu tous ces points: pique envers la royauté, critique du racisme et du sexisme ou encore regards amers envers la situation actuelle de l’emploi en Grande-Bretagne. Une ligne éditoriale qui lui semble chère donc. Pour vous en convaincre, sachez que l’artiste avait encouragé ses fans à tagger massivement Theresa May avec le #brexitbandit sur Instagram… le ton est donné !

>> Lire aussi: 'Science Fiction', voyage au coeur de la déperdition par Mael

photo de slowthai

Que retenir de Nothing Great About Britain ?

Militantisme, discours dénonciateurs assez récurrent du genre, l’album a surtout le mérite de faire émerger une scène rap anglaise encore pour le moins assez fébrile. En tant que francophone, il nous est assez délicat d’apprécier à sa juste valeur un album aussi bien écrit sans avoir les paroles sous les yeux, cependant, je ne doute que l’amateur saura y trouver défouloir et pourra ressentir la qualité émanant de chaque mesure.

Pour le moins initié, l’expérience sera peut-être plus délicate. Difficile d’entrer dans un univers souvent si brute bien que caractérisant une situation sociale assez similaire à la n’autre, français.

Points négatifs

Peut s'avérer répétitif

7.6

'Science Fiction', voyage au coeur de la deperdition

#REVIEW

Octobre 2017, nous sommes quelques mois après la rentrée des classes et bien naturellement, mon coeur, à l’image du temps maussade de l’époque, est bien froid. Perdu dans un champ de désillusions aussi bien sentimentales que musicales, je navigue, chaque jour, sur le chemin du lycée avec cette drôle d’impression de ne plus savoir pourquoi je mets encore un pied devant l’autre.

Deux semaines: 15 albums, 15 resumes

#ARTICLE

Mai pointe déjà bien le bout de son nez et vous en êtes en retard sur toutes vos bonnes résolutions musicales ? J’ai peut-être la solution pour vous motivez à écouter un peu plus d’albums au quotidien !