'Father Of The Bride', retour sur l'album de ce mois de Mai

(du moins du début du mois...)

Par Mael

le 09/05/2019

Dans Albums

image du groupe
pochette de l'album

Clique sur l'image pour écouter l'album sur Deezer!

logo facebook

Partagez sur facebook

logo twitter

Partagez sur Twitter

Quatrième album du groupe américain Vampire Weekend, Father Of The Bride est un album qui, à défaut d’avoir été composé par la formation originale du collectif, est un opus reprenant directement les inspirations de cette dernière tout en n’omettant d’importer une touche de nouveauté doucement rafraîchissante. Retour sur l’album de ce mois de Mai.


Après 6 ans d'absence sur la scène musicale, une série co-produite avec Netflix et un premier enfant, Ezra Koenig, front-man du groupe et véritable chef d’orchestre des précédents projets de Vampire Weekend, s’est finalement décidé à reprendre le chemin des studios d'enregistrement pour composer l’album dont il est question aujourd’hui. Plus mature, mieux construit et globalement plus abouti, ce quatrième opus reste définitivement la plus agréable des productions du groupe. L’arrivée de Danielle Haim, entre autres, à certainement dû acter un renouveau au sein de la formation est cela en est appréciable sur tous points. La progression est telle qu’on a évidemment pas pu s'empêcher de vous en parler…

Father Of The Bride existe à travers une ambiance, un sens

Dès la première chanson du projet, la direction empruntée par le groupe semble évidente. En effet, tous les éléments indissociables de la nouvelle formule de la formation s’y retrouvent, à commencer par ces harmonies vocales, si flottantes et complémentaires. Danielle Haim place sa voix (féminine) sur quasiment l’intégralité des morceaux, et cela est loin de nous déplaire. Ainsi sur un accompagnement paisible à la guitare acoustique, que l’on aura l’occasion de retrouver un peu partout sur l’album, le duo nous fait basiquement du Vampire Weekend, en racontant un petit récit d’une vie, d’une souffrance et cela tout en lyrisme.


De plus, nous ne pouvons aborder ce premier morceau ce parler de cet usage du sampling à travers l’appropriation de l’indémodable thème de La Ligne Rouge d’Hans Zimmer (que nous connaissons un peu trop en France à cause de son emploi dans une publicité pour une célèbre assurance…). Ce choix de composition traduit littéralement toute la liberté musicale prise sur cet album, à l’image du second morceau, Harmony Hall, qui brille par l’usage de ses synthés me rappelant, et pour le mieux, EELS. Autres exemples, ce drôle de chant suivant la basse tout en onomatopés sur Sunflower, ou encore l'autotune utilisée à bon escient sur Flower Moon.



Avec ces choix, Vampire Weekend s’écarte des sentiers battus de l’indie-rock, préférant une ambiance à un riff électrique (vous vous souvenez de A-punk?). L’album est donc un peu moins calibré pour les ondes et les stades, mais peu en importe réellement lorsqu’un groupe a déjà largement pu profiter de ces expériences par le passé.

>> Lire aussi: Deux semaines: 15 albums, 15 résumés par Mael

EZRA sur scène

Entre Storytelling et confidence, jamais l’écriture de Koenig n’a été si efficace

Certains albums pourraient se passer de toute préoccupations parolières, pas celui-ci. Vampire Weenkend est un groupe qui, au pire, s’écoute, au mieux, se comprend. Ezra Koenig est un parolier original, s’écartant souvent de ses expériences personnelles (ou du moins en se contentant de le mettre en perspectives) pour raconter plusieurs histoires indépendantes sur ses projets. Environnement, relation entre natifs et amérique blanche, divorce ou encore place de la religion (notamment juive), les sujets, bien que restants diverses, sont cependant assez contemporains et inscrivent réellement Father Of The Bride dans son époque. Une époque préoccupée, se soucient de l’avalanche à venir et, paradoxalement, particulièrement enjouée et optimiste vis-à-vis de tous ses soucis (comme en témoigne notamment le teinte mélodique du projet, globalement, c’est assez innocent, à la limite du naïf).


Alors oui, l’album est long, peine parfois à se renouveler et est loin d’être aussi énergique que par le passé, cependant, et en vue de tous les points évoqués plus tôt, Father Of The Bride est une véritable bouffée d’air frais qui garantira presque à lui seul l’héritage d’un groupe au palmarès plus que jamais complet.

Points négatifs

Diablement trop long

7.9